DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE OU D.P.E

Le diagnostic de performance énergétique (DPE), obligatoire depuis 2006, renseigne sur la performance énergétique d’un logement ou d’un bâtiment, en évaluant sa consommation d’énergie et son impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre. 

Il s’inscrit dans le cadre de la politique énergétique définie au niveau européen afin de réduire la consommation d’énergie des bâtiments et de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

La lecture du DPE est facilitée par deux étiquettes à 7 classes de A à G (A correspondant à la meilleure performance, G à la plus mauvaise) :

  • L’étiquette énergie pour connaître la consommation d’énergie primaire ;
  • L’étiquette climat pour connaître la quantité de gaz à effet de serre émise.
  • Les consommations réelles des bâtiments dépendent très directement des conditions d’usage et de la température effective de chauffage ; les consommations estimées ne sont pas une garantie contractuelle, mais elles permettent une comparaison objective de la qualité des logements et bâtiments mis en vente ou loués.
  • Le diagnostic comprend également des recommandations qui permettent à l’acquéreur, au propriétaire, au bailleur ou au locataire, de connaître les mesures les plus efficaces pour économiser de l’énergie : il s’agit de conseils de bon usage et de bonne gestion du bâtiment et de ses équipements, ainsi que de recommandations de travaux. Ces travaux conseillés ne sont pas obligatoires : le DPE a pour objectif d’inciter à améliorer la performance énergétique du bâtiment, pas d’obliger à la réalisation de travaux.
  • Attention : Il ne faut pas confondre le DPE avec tout autre diagnostic ne répondant pas aux mêmes exigences qui pourrait vous être proposé par des professionnels non certifiés pour l’établir.

Précision :
L’évaluation se fait par la méthode réglementaire de :

  • Calcul de Consommation Conventionnelle des Logements (3CL) pour les systèmes individuels récents ou semi-récents.
  • sur la base des factures relatives au moyen de chauffage/eau chaude des 3 dernières années pour les biens construits avant 1949.
  • sur la base des 3 dernières années de consommations du système de chauffage collectif.

 

Il est déduit de cette consommation d’énergie, celle issue d’éventuelles installations solaires thermiques ou photovoltaïques.

Durée de validité : 10 ans

Il consiste en l’estimation des consommations d’énergie annuelles en fonction de nombreux critères du bâti, qui permettent le calcul des besoins de chauffage dont par exemple : 

  • La localisation (adresse et altitude) ;
  • L’année de construction ;
  • La surface habitable (au sol) ;
  • Le type de toiture ;
  • La présence, type, orientations et dimensions des baies, murs et portes…

Cependant, pour les constructions antérieures à 1948 et les systèmes collectifs, la méthode d’évaluation se base sur le total annuel des énergies consommées (en kilowatt-heure ou kWh), mentionné sur les factures d’énergie.

 

Point conseil

En ce qui concerne les systèmes collectifs de chauffage et de refroidissement, il convient de consulter votre syndic afin d’obtenir les informations de consommation en kilowatt-heure ou kWh, sans quoi le calcul du résultat est compromis.